Ma lettre à la gérance DeRham

DeRham
DeRham

Cher DeRham,

Comme vous l’avez probablement déjà entendu dire, dans notre famille, aussi loin que les anciens s’en souviennent, nous avons toujours fait la lessive le dimanche. Mon arrière-arrière-grand-père faisait la lessive le dimanche ; mon grand-oncle faisait la lessive le dimanche ; l’intégralité de mes petits cousins ont toujours fait la lessive le dimanche. Bref, chez les Gabriele, le dimanche, on fait la lessive. C’est comme ça et pis c’est tout.

Or, lorsque je suis arrivé dans votre immeuble, j’ai constaté en lisant le bail qu’il était clairement stipulé qu’utiliser la lessiverie le jour du seigneur était interdit pour, d’une part, éviter de déranger mes fainéants de voisins qui passent leur journée à dormir et pour, d’autre part, vivre en accord avec les croyances religieuses des tribus locales.

Soit.

Rempli de tristesse et la mort dans l’âme, j’ai été alors contraint de tirer un trait sur des centaines de milliers d’années de tradition familiale en décalant mon jour de lessive d’un jour.

Lundi passé, comme à mon habitude depuis maintenant plus de 10 ans, c’est tout guilleret, sifflotant et virevoltant au gré du vent (un peu de poésie ne fait jamais de mal, merde) que je me dirige avec mon paquet de lessive au deuxième sous-sol de l’immeuble (veuillez noter cette information, c’est important pour la suite), lorsque soudain, à mi-chemin, je croise mon voisin qui me hurle que nous ne sommes pas autorisés à faire la lessive les jours fériés.

Et que le lundi de Pâques EST un jour férié.

Et que, dussé-je persister à me comporter de la sorte (il est né dans les années 1700 je crois, d’où son langage), il se verrait dans l’obligation de vous en informer, oui, vous, très chère gérance.

Il est de notoriété public que je suis quelqu’un de très religieux.

C’est pourquoi, chaque dimanche, je m’oblige à rester sur une chaise à rien faire pour vivre en parfaite harmonie avec les préceptes de Dieu en espérant aussi, il est vrai, que celui-ci me récompense un jour avec 10 millions de dollars pour ma dévotion sans commune mesure.

Mais, je veux dire, faut pas exagérer non plus. On vient à peine de nous coller un vendredi saint que dimanche débarque avec sa régularité quasi hebdomadaire, pour être immédiatement suivi par ce lundi tout aussi férié. C’est bien simple sur les 4 derniers jours du week end, 3 auraient dû se dérouler intégralement à fixer le plafond sur ma chaise ??

Moi je dis non ! J’ai une vie, des rêves, des ambitions et du linge sale à laver. Rien de tout cela n’est compatible avec des journées à larver sur un tabouret.

Je vous demande donc de modifier le règlement du bail pour l’adapter à la réalité de la vie de l’homme moderne que je suis en m’autorisant à faire la lessive les jours fériés. Je vous rappelle également, comme évoqué ci-dessus, que la chambre à lessive se situe au deuxième sous-sol et que pour être dérangé par les bruits occasionnés, il faudrait encore que mes voisins décident de passer leur lundi de Pâques à errer dans les caves de l’immeuble. Or, vous me concéderez sans peine que ce genre de déviance – plus qu’inquiétante – ne doit en aucun cas être encouragé par une noble entreprise comme la vôtre.

En vous remerciant d’ores et déjà de prendre les mesures adéquates me permettant de faire ma lessive en honnête homme, quand bon me semble, je vous prie d’accepter mes salutations super.

Michael Gabriele

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *