Jazz et Barbe à papa

Le jazz c’est sympa 2 minutes. Le problème c’est que toutes les compositions font plus de 15 minutes.

Alors j’ai pris l’habitude, depuis quelques années, d’étaler l’écoute d’un morceau sur plusieurs jours – voire plusieurs mois selon la longueur – et un album entier sur plusieurs années.

De juin 2011 à novembre 2014, j’ai par exemple écouté le Köln Konzert de Keith Jarrett. C’était vraiment fabuleux !! Mais sans plus.

Après quelques mois de pause bien méritée, je m’attaque aujourd’hui à un album mythique de Miles Davis : Kind Of Blue.

Commençons, sans plus attendre, par le morceau « All Blues ».

Je vais tenir un petit journal d’écoute pour vous livrer mes impressions avec le minutage précis pour que vous puissiez à votre tour profiter des meilleurs moments de ce standard du jazz tout en évitant les mesures qui n’en valent pas la peine.

 

13 janvier

De 0 minute 00 seconde à 0 minute 04 secondes

Super intro.

Mais on sent le pianiste un peu stressé. C’est normal, c’est le début du morceau.

Je suis globalement très satisfait par cette première session d’écoute. On a bien avancé. Le morceau comporte 696 secondes et selon mes calculs, si j’arrive à tenir ce rythme quotidien de 4 secondes, il me faudra à peine 174 jours pour terminer cette première composition, soit bien avant le début de l’été.

 

14 janvier

De 0 minute 04 secondes à 0 minute 07 secondes

Suite de l’intro. C’est toujours aussi beau.

Je coupe un petit peu avant aujourd’hui, parce que je dois me préparer mes 4 heures.

 

16 janvier

De 0 minute 07 secondes à 0 minute 09 secondes

Je n’ai malheureusement pas pu débloquer du temps d’écoute hier. Ma voisine est passée boire un café et elle déteste le jazz.

Mais elle vous passe le bonjour par contre.

L’intro toujours. Honnêtement, c’est pareil que les 7 premières secondes et c’est typiquement l’un des reproches que je fais au jazz : C’est souvent redondant et je soupçonne les musiciens de remplir de manière artificielle les CDs pour faire genre « on a beaucoup de choses à dire, on est créatif et pis tout ça ».

Vous pouvez donc sans autre zapper cette partie chez vous.

 

19 janvier

De 0 minute 09 secondes à 0 minute 15 secondes

Alors que je commençais à me demander si le groupe n’était pas en train de se foutre de ma gueule à répéter en boucle les mêmes mesures, coup de théâtre, les cuivres font leur entrée. D’un coup, l’intérêt est relancé.

J’adore écouter les sections de cuivres. Ca me rappelle l’orchestre du cirque Knie. Je ferme alors les yeux et je vois les éléphants, les clowns, les trapézistes russes…

C’est décidé, pour la prochaine session d’écoute, je vais m’acheter de la « barbe à papa » pour que l’expérience soit complète.

 

27 janvier

Ça fait 8 jours que je cherche de la « barbe à papa », mais impossible d’en trouver à Lausanne en hiver visiblement.

Je me laisse encore jusqu’à fin janvier pour en dégoter une sinon je me rabats sur les marrons chauds.

 

29 janvier

Je trouve quand même hallucinant qu’on ne puisse pas avoir de la « barbe à papa » quand on veut dans cette ville de merde. Ce n’est pourtant pas un produit qui pousse dans le sol et qui dépend du climat, comme les cerises ou les poires, à ce que je sache.

 

30 janvier

J’y ai réfléchi toute la nuit en pesant le pour et le contre, et ma décision est prise :

J’élargis la zone de recherche aux villes alentours.

Renens d’abord, puis Crissier, Morges, Nyon pour aujourd’hui, et Vevey, Montreux, Villeneuve demain.

Non, je déconne. Pas Villeneuve. J’y suis allé une fois et cette ville est la définition parfaite de la vacuité.

 

31 janvier  

Les recherches d’y hier n’ont rien donné.

Devant une telle situation de crise, j’ai mis en place, ce matin, un plan d’urgence qui comprend une centrale d’appel avec 4 standardistes, 2 hélicoptères et 8 drones. On va bien finir par les trouver ces satanées « barbes à papa ».

Si vous voyez un stand qui en vend ou un enfant en train d’en manger une, n’hésitez pas à nous le signaler au numéro :

0800 800 956 956

Nous recherchons également des bénévoles pour ratisser les villes de Genève et Neuchâtel.

Tout individu apportant un indice significatif menant à la découverte d’une « barbe à papa » d’ici ce soir se verra récompensé généreusement.

 

4 février

De 0 minute 15 secondes à 0 minute 18 secondes

Cette sombre histoire de « barbe à papa » m’a fait prendre du retard. Je vise désormais fin juillet pour terminer le morceau.

Intro encore.

Pour être tout à fait honnête avec vous, je suis légèrement déprimé. J’ai l’impression que j’écoute le même passage depuis des mois et je commence à me demander si l’intro finira un jour.

D’ailleurs ça fait une semaine que je fais chaque nuit le même rêve dans lequel je me vois à 87 ans toujours en train d’écouter cette putain d’introduction.

Dans ce cauchemar, tout le home médicalisé se fout de ma gueule parce que j’ai déjà rempli 13 tomes de journal d’écoute dans lesquels j’écris toujours la même chose : Intro encore… Rien à signaler de nouveau.

En plus les marrons chauds que j’ai achetés aujourd’hui sont dégueulasses.

 

5 février

De 0 minute 18 secondes à 0 minute 23 secondes

Ouf, l’intro s’est enfin terminée. L’espace d’un instant, je ressens une immense joie, une irrésistible envie de prendre des gens dans mes bras en leur criant « NOUS L’AVONS FAIT !!!! NOUS AVONS SURVECU À CE QUI EST PEUT-ÊTRE L’INTRO LA PLUS LONGUE DE L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE ».

Malheureusement, l’euphorie est de courte durée puisque j’entends tout à coup un bruit familier se rapprochant du cri émis par un dauphin agressif qu’on égorge (enfin, j’imagine). Oui, dans mes oreilles fatiguées, j’entends ce son horrible que seule une trompette est capable de produire.

Alors, autant Miles Davis est mon musicien préféré, autant je déteste la trompette. Ma haine pour cet instrument est viscérale.

Remarquez, j’aurais dû me douter qu’avec son ego démesuré, Miles ne pourrait pas s’empêcher de jouer sur son album.

 

15 février

De 0 minute 23 secondes à 0 minute 26 secondes

10 jours sans écoute. Il m’a fallu un peu de temps pour accepter l’idée de me taper de la trompette durant les 3-4 prochains mois, mais après un gros travail sur moi-même, je vois désormais dans cette pénible situation, une extraordinaire opportunité de me dépasser.

 

16 février

De 0 minute 26 secondes à 0 minute 30 secondes

L’imbécile qui téléphone chaque jour à 3h du matin à la centrale d’appel en criant « BAAAAARRBBEEE-ÀÀÀÀ-PAAAAPAAAA » est prié d’arrêter immédiatement de se comporter de la sorte.

 

17 février

On m’a fait très justement remarquer que je n’ai pas fait d’analyse des deux dernières sessions d’écoute. Très bien, je recommence donc demain à la minute 0 et 23 secondes.

 

18 février

De 0 minute 23 secondes à 0 minute 31 secondes

Ecoute intensive aujourd’hui avec un record de longueur battu à la clé !!

Dans cet extrait, je remarque un quiproquo musical puisque Miles a beau avoir commencé à exposer le thème avec son horrible trompette, les autres musiciens, eux, semblent toujours bloqués dans l’intro. Qui a tort ? Qui a raison ? Est-il possible que plusieurs musiciens se trompent en même temps ? Où diable tout ceci va nous mener ?

Miles avait déjà probablement commencé à se droguer à l’époque et on pourrait donc le soupçonner d’être parti sur le thème trop tôt, par erreur. Mais personnellement, je penche plus pour la thèse dans laquelle, se rendant compte des longueurs de l’intro, le musicien de génie aurait tout simplement fait exprès de démarrer sur le thème pour raccourcir un peu ce début sans fin.

C’est aussi ça un vrai leader.

Ça me rappelle la fois où je suis allé en Toscane avec des amis. Durant le trajet, contre l’avis de tous, j’ai décidé de prendre une route que je jugeais plus courte que celle proposée par mon GPS. Vous auriez dû voir la panique que j’ai réussi à provoquer d’un coup :

Mes potes hurlaient, pleuraient et me suppliaient de revenir à la raison en rallumant cette maudite machine. Je ne les blâme pas. Ils reproduisent, sans se poser de question, ce qu’on leurs a appris à faire depuis tout petit : suivre aveuglément les directions du GPS.

En vérité, seule une petite frange de la population ose remettre en cause l’ordre établi par l’élite bien-pensante. Et l’on se sent alors bien seul au sommet du pouvoir lorsqu’une décision difficile doit être prise envers et contre tous.

Mais j’ai tenu bon.

Et nous nous sommes très rapidement perdus.

Après quelques heures, en arrivant en Bavière, j’ai finalement accepté de rallumer le GPS.

Bon je me rends compte maintenant que cette anecdote n’a, en fait, que peu de rapport avec ce que je vous disais plus haut.

 

26 février

De 0 minute 31 secondes à 0 minute 33 secondes

C’est fou comme le temps file. 7 jours déjà depuis ma dernière écoute et je n’ai rien vu passer. Le morceau lui, du coup, n’avance pas. C’est peut-être pour ça d’ailleurs qu’on n’entend jamais l’expression « C’est fou comme le morceau file ».

Concernant l’extrait, bonne nouvelle, le malaise est terminé. Miles et les autres ont visiblement trouvé un terrain d’entente en changeant d’accord tous au même moment.

(Quoique le hasard n’est jamais à exclure dans ce genre de musique)

 

27 février

De 0 minute 33 secondes à 0 minute 34 secondes

Cette seconde n’apporte rien au morceau. Zappez-là.

 

6 mars

J’ai accumulé un retard fou. L’été débarque dans 4 mois et je n’ai écouté que 34 secondes de « All Blues ». Cette pénible situation a des répercutions jusque dans ma vie privée. Les gens me trouvent en effet plus stressé, je ne réponds plus au téléphone et j’annule soirée sur soirée dans l’espoir de rattraper le coup. Cette écoute prend des proportions que je n’avais pas imaginées.

Demain je vais me faire un thermos de café, des provisions de spéculos et je vais tenter de corriger le tir.

 

7 mars

De 0 minute 33 secondes à 3 heures 47 minutes 26 secondes

Zuuuuuuuuuuut (on m’a demandé d’être moins vulgaire), malgré tout le café ingurgité, je me suis endormi !!!!!!!!!!!

Impossible en plus de savoir à quel moment.

Je ne me souviens de rien.

Je crains dès lors que l’on ne puisse rien tirer de cette séance et je recommencerai donc demain à 0 minute et 34 secondes.

 

9 mars

Après la débâcle d’avant-hier et en me basant sur le célèbre proverbe « qui veut aller loin ménage sa coiffure », j’ai décidé de passer un certain temps à la salle de bain ce matin. Donc pas d’avance aujourd’hui.

Mais, pas d’inquiétude non plus, « c’est pour mieux reculer demain » comme dit l’autre expression.

Même si je n’ai jamais rien compris à ces dictons, je les applique malgré tout régulièrement à la lettre en me disant que, si ceux-ci ont traversé le temps, ce n’est pas pour rien.

 

10 mars

De 0 minute 33 secondes à 0 minute 17 secondes

Comme annoncé hier, c’est désormais bien coiffé et en écoutant All Blues à l’envers que j’avance dans le morceau.

Et je peux maintenant vous l’affirmer : Ces dictons, c’est vraiment de la balle en fait !

Ma voisine m’a félicité pour ma coupe tout à l’heure et, avec l’avance prise aujourd’hui, je ne suis plus qu’à 17 secondes du début du morceau et donc de la fin de l’écoute.

Petit plus, la trompette à l’envers ça sonne beaucoup mieux.

 

11 mars

De 0 minute 17 secondes à 0 minute 00 seconde

Job done !

Quel retournement de situation spectaculaire. J’ai du mal à réaliser qu’il y’a quelques jours encore, l’avenir semblait si noir et la tâche à réaliser tout bonnement impossible.

Même si j’avoue n’avoir pas tout à fait compris comment cela fonctionne, cette technique de lire les morceaux à l’envers pour gagner du temps est tellement efficace que je n’hésiterai plus dorénavant à opérer de la sorte.

Alors le verdict final :

Est-ce que je vous conseille l’écoute d’All Blues ?

Oui, absolument ! Pas tellement pour la qualité de la composition, parce que, soyons honnête, personne ne comprend rien au jazz de toute façon. Non, si je vous encourage, sans hésiter, à vivre cette riche expérience, c’est plutôt pour les précieux enseignements que j’en retire :

  • La trompette sonne mieux quand on la passe à l’envers ;
  • Le jazz sonne la même chose si on l’écoute à l’envers ou à l’endroit puisque ça n’a aucun sens dans les deux cas ;
  • MAIS, j’ai par contre gagné beaucoup de temps en passant le morceau à rebours puisque je suis passé d’une plage durant initialement 11 minutes 32 secondes à une version de 34 secondes !!!
  • On ne peut pas se procurer de « Barbe à papa » à l’année en suisse-romande et c’est un vrai scandale ;
  • Les authentiques leaders sont ceux qui ne suivent pas les indications des GPS, quitte à rallumer ces derniers une fois qu’ils se sont perdus.

Pis si jamais vous voulez écouter le morceau :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *